« Sénior mais pas trop » : le blog des séniors décomplexés !
Partager :

« Sénior mais pas trop » : le blog des séniors décomplexés !

Les blogs ne sont pas réservés aux plus jeunes, et ça Marguerite Genet l’a bien compris ! Cette quinqua dynamique n’a pas tellement apprécié le regard porté sur elle dans son entreprise quand on a commencé à lui coller l’étiquette de « Sénior » de service, celle à qui l’on retire des responsabilités. Alors pour montrer qu’elle a encore du ressort, elle a lancé son propre blog pour distiller des conseils à tous les séniors… Entretien sans tabou ! 

Bonjour Marguerite, parlez nous un peu de vous… quelle profession exercez-vous ?

Je suis en charge des relations extérieures dans une grande enseigne depuis plus de 30 ans. J’ai eu l’occasion de vivre des projets palpitants en évènementiel, en sponsoring, mais également dans l’humanitaire qui est un secteur qui m’a toujours intéressé et où j’avais envie de pouvoir agir. J’avais également en charge des relations avec la presse…

Et c’est le passage à la cinquantaine qui a changé votre vie…

Oui. Un jour, mon big boss m’appelle dans son bureau et j’apprends que je suis déchargée d’une partie de mon activité grâce à « l’aide » d’une collègue qui dans mon dos, a recruté une attachée de presse pour faire mon travail. Premier choc. Peu de temps après, j’apprends, lors d’une réunion de rentrée que suis dessaisie de la responsabilité de la Fondation de l’entreprise, que je gérais depuis sa création. Deuxième choc. Et s’ensuit d’autres réductions de périmètres…

Votre moral en a pris un coup…

Oh que oui. C’est violent, très perturbant, et cela plonge dans les questionnements. Pourquoi, du jour au lendemain, le regard des autres dans l’entreprise change, alors que la qualité du travail réalisé est toujours là.

Et comment avez-vous analysé ce changement ?

Il a fallu me rendre à l’évidence que ce qui avait changé, c’est mon âge et que j’étais devenue un travailleur senior. Et dans la tête d’un employeur, un senior, c’est quelqu’un qui n’est plus performant, qui ne sait pas se remettre en question, qui coûte cher et qu’il faut remplacer. Tout cela a commencé à m’intéresser et à me faire cogiter… Qu’est-ce qui fait basculer le regard des autres ? A quel âge est-on considéré comme senior en entreprise ? Est-ce que vraiment, les signes du vieillissement commencent à m’atteindre, comment gérer une fin de carrière, quel horizon s’offre à moi aujourd’hui … Bref, une vraie crise de vie !

C’est là que l’idée de votre idée de blog est née ?

Oui. Je me suis dit aussi que je ne devais pas être la seule à vivre cela, et j’ai décidé de créer mon blog afin de partager ces changements de la cinquantaine, que j’ai appelé la seniorescence et accompagner le passage à la retraite et cette nouvelle vie qui s’annonce.

Qu’est-ce que ça vous apporte le fait d’être une « bloggeuse » ?

« Sénior mais pas trop » : le blog des séniors décomplexés !
@benjamingenet

Je suis plongée dans un monde nouveau, celui de la richesse du web et de l’outil réseaux sociaux ! Ça me permet de cristalliser autour d’un projet toutes mes nouvelles préoccupations de senior … qui ne se sent pas encore senior, d’où le nom du blog « Senior mais pas trop ». C’est aussi un moyen de prendre de la hauteur, m’intéresser à autre chose qu’un travail très prenant, découvrir le monde du web et me positionner dans l’univers de communication d’aujourd’hui, d’avoir un regard nouveau sur l’actualité par le prisme du vieillissement de la population et de découvrir d’autres mondes.

Vous vous battez aussi sur le terrain…

Oui. Ces attaques ressenties au travail m’ont fait penser que mes jours étaient comptés dans l’entreprise. C’était le moment des élections, j’ai créé une section syndicale CFE CGC, je me suis présentée et je suis désormais élue du personnel et déléguée syndicale. CFE CGC, un syndicat qui est dans la co-construction et le dialogue et dont l’esprit me convient. Avec ces nouvelles responsabilités, c’est encore un autre univers qui s’offre à moi. Je collabore toujours avec une entreprise à laquelle je suis attachée, mais autrement.

Vous en profitez pour vous intéresser aux séniors en particulier ?

Oui. J’ai désormais un peu de pouvoir pour faire bouger les choses. Le sujet des fins de carrières m’intéresse tout particulièrement. Ces responsabilités nouvelles sont aussi l’occasion de voir l’entreprise autrement, avec plus de recul grâce à l’accès à des chiffres confidentiels, de se plonger dans le management, le droit, la formation, les techniques d’aides aux salariés …

Vous êtes ce qu’on appelle une « Sénior active et réactive » !

Oui. Aujourd’hui, j’ai trois casquettes, celle de professionnelle de l’évènementiel, celle d’élue du personnel et Déléguée syndicale, et celle de bloggeuse. Trois thèmes qui me passionnent tout autant, et qui me permettent de lâcher du lest sur le « professionnel » pour rentrer en douceur dans la retraite d’ici quelques mois. Ce passage en douceur, je le souhaite à tout le monde et c’est pour cela qu’il est urgent de se pencher sur les fins de carrières, aussi bien du côté des politiques que des entreprises.

Quel conseil donnez-vous aux personnes qui s’acheminent vers la retraite ?

Réfléchir ! Prendre le temps de faire un « arrêt sur image » du passé, du présent et de là ou on veut aller. Pour ma part, je pense qu’on ne peut se contenter d’être un senior consommateur qui profite égoïstement de temps libre et de voyages au bout du monde. Pas de course effrénée vers l’action pour occuper un temps qui fait peur. C’est un équilibre entre des moments pour soi et de nouveaux projets.

Et votre propre retraite, vous l’envisagez comment ?

Sans angoisse. Je me consacrerai à mon blog et j’aimerais aller plus loin sur le travail des seniors, un sujet qui est très peu abordé aujourd’hui. On parle plus des seniors au chômage, du recul de l’âge de départ à la retraite, et bien peu de ce qui pourrait favoriser le travail des seniors dans de bonnes conditions. Parmi mes projets, il y a aussi tout simplement, au moins un an, voir passer les saisons et se rapprocher de la nature, un privilège qu’on n’a guère quand on est parisien et qu’on s’enferme du matin au soir au bureau.

Que pensez-vous de Makawa ?

Je trouve le concept tout à fait intéressant. Il est dommage de laisser tomber des compétences à la retraite alors qu’elles peuvent être utiles. La volonté de transmission est certainement une des qualités présente chez la plupart des seniors. Makawa répond parfaitement à ce besoin d’accompagner, de valoriser ce qu’on sait faire pour en faire bénéficier ceux qui en ont besoin. Cela répond à cette notion d’intergénérationnel très présente aujourd’hui. Et contrairement à ce que beaucoup pensent, beaucoup de points communs lient les jeunes et les seniors.

Découvrez le blog de Marguerite Genet ici Vous pouvez également la suivre sur facebook et twitter.

X

Recevez chaque mois des
infos sur tout ce qui concerne
cette période de transition entre
vie active et retraite active !