Témoignages : « j’ai conseillé à mes parents retraités de devenir bénévoles »
Partager :

Témoignages : « j’ai conseillé à mes parents retraités de devenir bénévoles »

La retraite est un cap difficile à passer pour un tiers des Français. Si la sortie de la vie active est perçue comme un soulagement pour certains, pour d’autres elle s’apparente à un bouleversement sur le plan social. Christophe et Sophie ont ainsi vu leurs parents en difficulté au moment du passage à la retraite. Et pour y faire face, ils ont décidé de les diriger vers des associations pour qu’ils exercent des missions bénévoles. Ils témoignent…

Sophie, 36 ans, Homéopathe

Ma mère est une femme ultra active, elle m’a transmis les gênes d’ailleurs. Depuis que je suis petite je la vois courir partout entre son métier dans la communication, l’éducation de mon frère et moi, et sa passion pour le sport ou l’art, elle ne tient pas en place. Elle fait partie des personnes actives, qui ont toujours besoin d’être occupées. Il y a deux ans, la société dans laquelle elle travaillait a mis en place un plan de départ volontaire, suite à des difficultés économiques. Ma mère avait été un peu perturbée par l’ambiance pesante au travail et a sauté sur l’occasion pour prendre sa retraite anticipée. Après tout, mon père était à la retraite depuis deux ans et ça leur permettait de commencer une nouvelle vie à deux. J’avoue que j’ai eu immédiatement des doutes sur son choix d’arrêter de travailler. La connaissant parfaitement, je savais qu’elle ne supporterait pas l’inactivité et qu’on allait devoir faire face à une remise en question. Son métier lui permettait de rencontrer du monde tout le temps, d’être au téléphone, de rédiger des communiqués… J’en ai parlé à des amis qui m’ont dit de ne pas m’inquiéter, que tout allait bien se passer. Et bien j’avais raison ! Neuf mois après sa retraite, ma mère avait perdu sa joie de vivre, elle souriait moins et allait moins de l’avant. C’est un cousin, salarié dans une association, qui m’a parlé du bénévolat. Il voyait des retraités s’investir et m’a parlé d’un poste bénévole dans la communication. Ma mère a levé les épaules, mais je ne l’ai pas abandonnée, je l’ai poussée à aller au rendez-vous. Et elle ne le regrette pas ! Elle adore s’investir… A tel point qu’au début c’était 2 jours par semaine et que maintenant c’est 3 voire 4 jours parfois. Elle est entourée de toutes les générations, a élargi son cercle d’amis et surtout elle fait ce qu’elle aime : la communication ! Je suis vraiment heureuse de l’avoir poussée dans cette voie, et elle m’a même remercié de l’avoir encouragée. J’ai enfin retrouvée ma mère et sa folle énergie.

Christophe, 38 ans, consultant

Mon père a toujours été renfermé sur lui-même, il avait une activité d’expert-comptable qu’il a arrêté il y a trois ans. Divorcé de ma mère et très solitaire, je m’inquiétais de le voir seul à la maison en permanence. Il s’intéresse à beaucoup de choses comme la littérature, le cinéma, le golf… Mais il est toujours seul parce qu’il est très timide. Après tout, c’est son trait de caractère. Mais la fin de son activité a renforcé sa solitude et il devenait de moins en moins bavard. Je lui ai fait remarquer, mais il ne voyait pas le problème. Depuis que je suis jeune, il verse de l’argent chaque année pour des associations qui s’occupent principalement des enfants. Je lui ai conseillé de les contacter grâce à une copine qui pouvait faire remonter la demande. Bien entendu, il a fallu que je sois derrière lui et que je l’accompagne dans les démarches. Je crois qu’il n’y croyait pas vraiment. Et pourtant, il y a six mois il a été contacté pour une mission bénévole en tant qu’expert financier. A ma grande surprise, il y est allé sans m’en parler ! Je pense qu’au fond de lui, il était assez animé à l’idée de s’investir personnellement pour une association. Il ne me dit rien vu que c’est son caractère, mais je le sens plus animé depuis qu’il consacre deux jours par semaine. Il a beaucoup changé : il téléphone plus souvent à ses petits-enfants et surtout il lui arrive de déjeuner avec les autres bénévoles. Je me sens tranquillisé de le savoir entouré et occupé par une mission. Bien sûr il a encore du temps libre pour profiter de la retraite qu’il mérite, mais au moins il a un objectif et je sens que ça le dynamise. Dans un monde idéal il ferait une rencontre, mais ça c’est une autre histoire !

Envie d’en savoir plus sur nos missions bénévoles ? Toutes les infos ici !

Retrouvez le témoignages de nos nombreux retraités bénévoles pour des associations ici

X

Recevez chaque mois des
infos sur tout ce qui concerne
cette période de transition entre
vie active et retraite active !