Arrêter de travailler est toujours douloureux
Partager :

Arrêter de travailler est toujours douloureux

« Arrêter de travailler est toujours douloureux, même pour celui qui se réjouit sincèrement de prendre sa retraite. Pour plusieurs raisons. D’abord le changement de rythme, vécu comme un choc. L’individu se retrouve  maître de « son » temps au lieu de s’engouffrer chaque matin dans le tunnel temporel de l’entreprise, scandé par les rendez-vous et les réunions. De plus, la confusion contemporaine entre ce que «  l’on fait » et ce que « l’on est », amène le jeune retraité à se sentir vide et dépersonnalisé… En effet la retraite peut s’assimiler au deuil d’une certaine image de soi et d’une partie de sa vie… Le retraité peut retourner contre lui-même l’énorme quantité d’énergie qu’il consacrait à son activité professionnelle, et se déclenche des pathologies…comme pour se punir de ne plus travailler. Alors que ce trésor d’énergie pourrait lui reconstruire un avenir ! 

Paru dans psychologie.com  / mai 2014

X

Recevez chaque mois des
infos sur tout ce qui concerne
cette période de transition entre
vie active et retraite active !